Patagonie: Argentine Parc National Tierra del Fuego, Ushuaia

Mardi 01/03

La nuit a été courte car nous avons pas mal papoté et le bus partait à 7h30.
C’est parti pour 12h de bus, d’abord 2h30 pour Punta Arenas puis changement pour Ushuaia. Dans le second bus, beaucoup de français en tour organisé. Nous franchissons le Detroit de Magellan en bac puis repartons mais sur de la piste cette fois. Ensuite à nouveau les passages de douane (sortie du Chili et entrée en Argentine) vont nous faire perdre environ 1h30. Le trajet est long, nous resterons dans le 2eme bus de 10h à 21h. Avec plein de français pour changer! Le prix total du billet étant de 50 euros et vu les km parcourus ce n’est pas très cher mais notre budget est assez serré. Nous pensons donc remonter à El Chalten en stop, encouragé par les différents récits de backpacker rencontrés lors de nos périples. Direction un hostel, référencé dans le guide d’une touriste française. Pendant notre chemin, nous pouvons admirer un magnifique coucher de soleil. J’espère qu’il y en aura de tout aussi beau dans le parc!

Nous arrivons à l’hostel, les prix sont raisonnables, environ 11 euros pour un dortoir de 4 avec petit déjeuner et une superbe vue sur la baie et les montagnes alentours.

Mercredi 02/03

lever, courses, préparation de sacs et à 13h30 nous sommes fin prêtes pour nos 3 jours de trek dans la parc national de Tierra del fuego. Nous décidons de nous y rendre en stop, car pour effectuer 30km aller retour en bus, cela coûte 15 euros… Nous nous égarons en chemin mais avons la chance dans notre malheur de tomber sur un papi qui décide de faire un détour de son trajet pour nous emmener à l’entrée. Nous payons l’entrée de 60 pesos. Puis c’est parti. La problématique de ce parc, c’est que la plupart des touristes le visitent en bus, ce qui soulève de grands
nuages de poussière pour les routards de notre genre qui marchons sur les bords des chemins. Heureusement, nous nous engageons ensuite sur le circuit côtier, sous les arbres loin de la route. Ça me rappelle les calanques de Marseille. Nous essuyons 20petites minutes de pluie, toujours sous le soleil qui ne s’arrêtera plus de briller jusqu’à la fin de notre séjour.

Arrivées au camping, nous montons notre tente, faisons quelques provisions de bois pour le feu puis partons découvrir d’autres sentiers aux alentours. C’est assez décevant, la baie de lapathaia n’a rien d’extraordinaire et les autres chemins dans la forêt non plus. Nous n’apercevrons pas non plus de castors.
A la nuit tombée, nous avons la visite d’un renard mais prévenu par un couple de français rencontrés à l’auberge, nous prendrons la précaution de suspendre dans les arbres toute nourriture pour éviter un pillage de tente ou de sacs dans la nuit.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jeudi 03/03

Le lendemain nous décidons de nous attaquer au mont Cerro Guanaco, 800m de dénivelé positif nous attendent pour atteindre le sommet. Qu’est ce que ça grimpe! D’abord dans la forêt, puis un peu de répit dans des espèces de marécages avant de reprendre de plus belle sur la montagne à nue et fouettée par le vent. Heureusement que j’ai mon sac a dos sinon je crois que j’aurai fini par basculer dans le vide. Là haut, le panorama vaut le coup d’œil aussi bien sur le parc que sur la baie d’Ushuaia surtout que le temps est beau! La redescente fait mal comme la montée mais pas aux mêmes endroits après les cuisses et les mollets, ce sont les genoux qui trinquent sévère. Nous avons fini plus vite que prévu et avons encore le temps de faire un autre sentier.

La nuit venue, pas d’indésirable mais une superbe vue des étoiles et de la voie lactée. Par contre les couchers de soleil laissent à désirer.

Vendredi 04/03

Dernier jour un peu gris pour finir les quelques deniers sentiers que nous n’avions pas exploré, qui se révéleront assez décevants. Au final, à part la vue du Cerro Guanaco, le reste est banal. A peine retournées sur la piste principale, nous nous faisons prendre en stop et ramenées à Ushuaia. Étapes douche, lessive et courses habituelles puis dodo.

Samedi 05/03

Nous décidons de rester une journée de plus à Ushuaia afin d’aller faire une rando dans le coin et de profiter de la ville. Le matin départ pour le Glacier Martial que nous gravissons assez vite, presque 2 fois plus vite qu’annoncé. L’entraînement commence à être payant mais nous n’avions pas nos sacs… La vue sur la baie n’est pas aussi belle que du Cerro Guanaco, quant au glacier, il est quasi inexistant et ridicule comparé à ceux du parc des Glaciers. Redescente en stop, une fois de +, puis nous faisons nos touristes dans les boutiques de la ville. C’est très axé sur le fait qu’Ushuaia est considérée comme la ville la plus à l’extrême ou encore la « fin du monde » alors que la fin du monde, ça peut être un peu partout tout dépend du point où l’on se place.
De retour a l’auberge, nous rencontrons encore plein de français et nous faisons une petite soirée ensemble.

Publicités
Catégories : Argentine | Étiquettes : | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :